12 | 12 | 2018

unoMadame la Presidente.
Monsieur le Secretaire general,

II est impossible d'etre ici, de parler de cette tribune au nom de Cuba et de ne pas evoquer des moments historiques qui le sont a la fois pour IAssemblee generate et pour notre memoire la plus chere ; Fidel Castro, Che Guevara, Raul Castro et notre ministre de la Dignite, Raul Roa, pour ne citer que les plus importants, ont fait retentir ici non seulement la voix de notre peuple, mais aussi celle d'autres peuples latino-americains, africains, asiatiques, non alignes, avec lesquelles nous avons mene cote a cote, depuis plus d'un demi-siecle, la bataille pour un ordre international juste que nous sommes encore loin d'avoir gagnee.

Absurde, mais tout a fait coherent avec I'irrationalite d'un monde ou 0,7 p. 100 le plus riche de la population peut s'approprier 46 p. 100 de toute la richesse creee, tandis que 70 p. 100 des plus pauvres n'a droit qu'a 2,7 p. 100; ou 3,46 milliards d'etres humains survivent dans la pauvrete, 815 millions ont faim, 758 millions sont analphabetes et 844 millions manquent de services essentiels d'eau potable, tous chiffres que les institutions mondiales elaborent et fournissent d'ailleurs d'une maniere habituelle, sans suffire pour autant, semble-t-il, a mobiliser la conscience de ce qu'on appelle la communaute Internationale.

Ces realites, Madame la Presidente, elles ne s'ont pas le fruit du socialisme, comme le presidente des Etats-Unis a affirme hier dans cette salle. Elles sont le resultat du capitalisme, et notamment de I'imperialisme et du neoliberalisme, de I'egoisme et de Texclusion qui accompagne ce systeme; ainsi que du paradigme economique, politique, social et culturel favorisant Iaccumulation de richesse dans quelques mains seulement aux depens de I'exploitation et de la misere des grandes majorites.

Le capitalisme a renforce le colonialisme. Le fascisme, le terrorisme et I'apartheid sont nes grace a lui; les guerres et les conflits se sont repandus; la souverainete et I'autodetermination des peuples ont ete brisees; la repression des travailleurs, des minorites, des refugies et des migrants a augmente. II s'oppose a la solidarite et a la participation democratique. Les modeles de production et de consommation qui le caracterisent favorisent le pillage et le militarisme, et ils constituent une menace pour la paix; ils sont aussi a la base de violations des droits de I'homme et constituent le plus grave danger pour I'equilibre ecologique de la planete et la survie des etres humains.Alleguer que I'humanite ne dispose pas des ressources materielles, financieres at technologique sufflsantes pour eliminer la pauvrete, la faim, las maladies at d'autras fleaux, c'ast vouloir nous barnar. Ca qui manque, an verite, chaz las pays industrialises c'ast la volonte politiqua, alors qu'ils ont pourtant la devoir moral, la rasponsabilite historiqua at las ressources suffisantas pour reglar las problemas mondiaux las plus brulants.

En verite, alors qua, cansemant, on manquarait da ressources pour attaindra las objactifs at ciblas du Programme a I'horizon 2030 ou pour faira face aux ratombeas croissantas das changamants climatiquas, on a gaspille 1,74 billion da dollars an depansas militairas an 2017, un record dapuis la fin da la « Guarra froida ». Las changamants climatiquas sent una autra realite incontournabia, at mama una question da survia pour Taspeca humaina, an particuliar pour las Patits Etats insulairas an devaloppamant. Certains da laurs affats sont d'oras at deja irrevarsiblas. Las donneas sciantifiquas indiquant qua la temperature s'ast elavea da 1,1 dagre Celsius par rapport a Tare preindustrialla at qua 9 citadins sur 10 raspirant un air pollue.

Pourtant, I'un das principaux polluaurs d'hiar at d'aujourd'hui, las Etats-Unis, refuse d'accompagnar la communaute intarnationala dans la misa an cauvra da I'Accord da Paris sur las changamants climatiquas, compromattant ainsi la via mama das generations futures at la survia da toutas las aspecas, dont Taspeca humaina. Qui plus ast, comma s'il na planait pas assaz da menaces sur I'humanite at sas creations eblouissantas, rimperialisma s'afforca da parpetuar son hegemonia militaira at nucleaira au detriment da la majorite das pauplas qui aspirant a un desarmamant general at complat, un ideal qua Cuba partaga, au point d'avoir ate la cinquiema Etat a ratifiar la Traite sur I'intardiction das armas nucleairas, la 31 janviar darniar.

Dans rancainta da catta Organisation qui ast nea da la volonte das hommas da surmontar las destructions qu'avait laisseas una guarra terrible grace au dialogue antra las nations, on na saurait taira las dangers qu'impliquant pour tous las etras humains I'axacarbation das conflits locaux, las guarras d'agrassion, las interventions dans las affaires interiauras das Etats, la ranvarsamant par la force da gouvarnamants souvarains at las coups d'Etat dits «doux », tous agissamants auxquals racourant frequammant cartainas puissances sous las pretaxtas las plus divers, dont da pretanduas violations das droits da I'homma qui sont loin d'egalar, si Ton fait la bilan an crimes at an devastations, laurs « interventions humanitairas »...

La cooperation intarnationala pour la promotion at la protection da tous las droits da I'homma pour tous ast un imperatif, mais laur manipulation discriminatoira at ciblea a das fins da domination viola la droit a la paix, a I'autodetarmination at au devaloppamant das pauplas.

Cuba rajatta la militarisation da I'aspaca axtratarrastra at du cybaraspaca. ainsi qua la racours secret at illegal aux technologies da I'information at das communications pour attaquar d'autras Etats. Le multilateralisme reel et le plein respect des principes et normes du droit international sent imperieux si Ton veut progresser vers un monde multipolaire, democratique et equitable, garantir la coexistence pacifique, preserver la paix et la securite Internationales et trouver des solutions durables aux problemes systemiques. Face a cette logique, le recours toujours plus frequent du gouvernement etasunien, dans sa conduite et sa rhetorique, a la menace ou a Temploi de la force, a I'unilateralisme, aux pressions, aux represailles et aux sanctions, son abus du veto au Conseil de securite pour y imposer son ordre du jour politique, posent d'enormes menaces aux Nations Unies memes.

Pourquoi ne concretisons-nous pas une bonne fois pour toutes la promesse de renforcer I'Assemblee generate comme principal organe de deliberation, de decision et de representation des Nations Unies ? Quel sont ceux qui retardent ou empechent la reforme du Conseil de securite, qui doit s'adapter d'urgence a notre temps en se democratisant dans sa composition et ses methodes de travail ? Je tiens a reiterer ce que Fidel Castro Ruz a affirme a I'occasion du cinquantieme anniversaire de I'ONU, resumant les aspirations les plus nobles de la majorite des etres humains: « Nous voulons un monde sans hegemonismes, sans armes nucleaires, sans interventionnismes, sans racisme, sans haines nationales ou religieuses, sans outrages a la souverainete des pays, respectueux de I'independance et de I'autodetermination des peuples, sans modeles universels qui ne font aucun cas des traditions et des cultures de toutes les composantes de I'humanite, sans blocus cruels qui tuent des hommes, des femmes et des enfants, des jeunes et des vieux, telles de silencieuses bombes atomiques ». Depuis, plus de vingt ans se sont ecoules, et aucun des maux qu'il a signales n'a ete gueri; au contraire, ils se sont tous aggraves. Nous avons absolument le droit de nous demander pourquoi. Et le devoir d'insister sur la recherche de reglements consensuels.

Madame la Presidente,

« Notre Amerique » fait aujourd'hui I'objet de menaces persistantes, lesquelles sont incompatibles avec la « Proclamation de I'Amerique latine et des Cara'fbes comme Zone de paix », signee a La Havane en 2014 au Deuxieme Sommet de la Communaute des Bats latino-americains et caribeens (CELAC). L'administration etasunienne, qui a proclame que la Doctrine Monroe etait toujours d'actualite, attaque avec une hargne speciale, en un redeploiement de sa politique imperiale dans la region, le Venezuela. Face a ce contexts gros de menaces, je tiens a reiterer notre soutien absolu a la Revolution bolivarienne et chaviste, a I'union civico-militaire du peuple venezuelien et a son gouvernement legitime et democratique, conduit par le president constitutionnel Nicolas Maduro Moros. Nous rejetons les tentatives d'intervention et les sanctions contre le Venezuela, qui cherchent a asphyxier economiquement ce pays et a porter prejudice aux families venezueliennes. Nous rejetons les appels visant I'isolement de cette nation souveraine qui ne fait mal a personne.

Nous rejetons de meme les tentatives de destabiliser le gouvernement du Nicaragua, un pays epris de paix qui a offer! a son peuple des progres notables sur les plan sociaux et economiques, et en matiere de securite citoyenne.

Nous denonons remprisonnement a des fins politiques de Tancien president Luiz Inacio Lula da Silva, ce fait cherchant a empecher le leader le plus populaire du Bresil de postuler a la presidence du pays.

Nous nous solidarisons avec les nations des Antilles qui demandent en toute legitimite des reparations pour les horribles sequelles de Tesclavage, ainsi qu'un traitement juste, special et differencie, car elles le meritent.

Nous reaffirmons notre engagement historique envers I'autodetermination et rindependance du peuple portoricain frere.

Nous appuyons I'Argentine quand elle reclame en toute legitimite le retour sous sa souverainete des Ties Malvinas, Sandwich du Sud et Georgie du Sud.

Nous reiterons notre appui inconditionnel a un reglement vaste, juste et durable du conflit israelo-palestinien, qui doit passer par la creation de deux Etats afin que le peuple palestinien puisse exercer son droit a I'autodetermination et disposer d'un Etat independant et souverain dans les frontieres anterieures a 1967, avec Jerusalem-Est comme capitale. Nous rejetons I'action unilaterale des Etats-Unis qui ont installs leur representation diplomatique a Jerusalem, ce qui aggrave encore plus les tensions dans la region. Nous condamnons les actions barbares des forces israeliennes centre la population civile a Gaza.

Nous reaffirmons notre solidarite invariable avec le peuple sahraoui et appuyons la recherche d'un reglement definitif de la question du Sahara occidental, afin que le peuple exerce son droit a I'autodetermination et puisse vivre en paix sur son territoire.

Nous appuyons la recherche d'un reglement pacifique et negocie de la situation qu'on a imposes a la Syrie, sans ingerence exterieure et dans le plein respect de sa souverainete et de son integrite territorials. Nous repoussons toute intervention directs ou indirecte qui se realiserait sans I'accord des autorites legitimes de ce pays.
 
L'expansion continuelle de I'OTAN vers les frontieres russes provoque de serieux dangers, aggraves par des sanctions arbitraires que nous rejetons.

Nous demandons la miss en oeuvre de I'Accord nucleaire avec la Republique islamique d'Iran.

Nous nous felicitons du rapprochement et du dialogue entre les deux Cores, ce qui constitue le moyen d'instaurer une paix durable, d'assurer la reconciliation nationals et la stabilite dans la presqu'Tle coreenne. Et en meme temps, nous condamnons fermement I'imposition unilaterale et injuste des sanctions contre la Republique populaire democratique de Coree ainsi que I'ingerence etrangere dans les affaires interieures de ce pays.

Les violations des regies du commerce international et les mesures punitives contre la Chine, contre I'Dnion europeenne et d'autres pays auront des consequences nocives, notamment pour les Etats en developpement.

Pronant le dialogue et la concertation, nous pouvons vous informer que rAccord de dialogue politique et de cooperation entre I'Union europeenne et Cuba est entre en vigueur a titre provisoire et qu'il constitue un bon point de depart pour developper des liens fructueux entre les Parties.

Madame la Presidente,

L'administration etasunienne maintient envers Cuba une rhetorique agressive et une politique qui vise a saboter le systeme politique, economique, social et culturel de mon pays. Faisant fi des interets des deux peuples et cedant aux pressions de secteurs minoritaires, la nouvelle administration etasunienne s'est attachee a fabriquer de toutes pieces, sous des pretextes, des scenarios de tension et d'hostilite qui ne beneficient a personne.

Et ce, bien que nous ayons des relations diplomatiques formelles et des programmes de cooperation mutuellement avantageux dans une serie de secteurs limitee.

Nos peuples ont des liens historiques et culturels toujours plus proches dans differents domaines, dont les arts, le sport, les sciences et I'environnement. Les potentialites en vue de relations commerciales fluides sont bien connues, et une entente authentique et respectueuse beneficierait aux interets de toute la region. Mais le trait essential et definitoire des relations bilaterales reste le blocus, qui pretend etrangler I'economie cubalne afin d'engendrer des penuries et de troubler I'ordre constitutionnel. C'est la une politique cruelle qui punit les families cubaines et toute la nation.

II constitue le systeme de sanctions economiques le plus englobant et le plus prolonge qu'on ait jamais impose a aucun pays. II a ete et il reste un obstacle fondamental au developpement de notre pays et aux espoirs de progres et de bien-etre de plusieurs generations de Cubains. Comme Cuba I'a dit pendant tant d'annees dans cette meme salle, le blocus porte aussi gravement prejudice, par son application extraterritoriale agressive, a la souverainete et aux interets de tous les pays.

Je remercie cette Assemblee generate, au nom du peuple cubain, de refuser presque unanimement le blocus economique, commercial et financier applique a mon pays par les Etats-Unis.

Mais les agissements de l'administration etasunienne contre mon pays ne se bornent pas la. Ils incluent des programmes publics et secrets qui constituent une ingerence ehontee dans nos affaires interieures, en vue de quoi des dizaines de millions de dollars sont officiellement adoptes dans le cadre du budget, ce qui viole les normes et principes sur lesquels repose cette Organisation-ci et en particulier la souverainete de Cuba, nation independante.

Cuba reste decidee a developper des rapports respectueux et civilises avec l'administration etasunienne sur des bases d'egalite souveraine et de respect mutuel. Telle est la volonte du peuple cubain, et nous savons que la majorite des citoyens etasuniens, notamment des Cubains vivant dans ce pays-la, partagent cette aspiration.

Nous continuerons de reclamer sans relache la levee de ce cruel blocus economique, commercial et financier, la restitution du territoire occupe illegalement par la base navale de Guantanamo, et de justes compensations pour les milliers de morts et de mutiles causes au peuple cubain et pour les prejudices economiques et materiels infliges a Cuba durant tant d'annees d'agression.

Cuba sera toujours prete a dialoguer et a cooperer si on la respecte et la traite en egale. Nous ne ferons jamais de concessions qui leseraient notre souverainete et notre independence nationale, nous ne negocierons pas nos principes, nous n'accepterons pas de conditions.

Malgre le blocus, Thostilite et les actions que realisent les Etats-Unis pour imposer un « changement de regime » a Cuba, la Revolution cubaine est la et bien la, vivante et energique, fidele a ses principes.

Madame la Presidente,

Que les adversaires de la Revolution ne se bercent pas d'illusions devant le changement de generations au gouvernement cubain : nous sommes la continuite, pas la controverse. Cuba ne cesse de perfectionner son modele de developpement economique et social afin d'edifier une Nation souveraine, independante, socialists, democratique, prospers et durable. Tells est la voie que notre peuple a choisie librement.

Notre pays ne retournera pas au passe de honte dont il s'est libere au prix des plus grands sacrifices, au terms de cent cinquante ans de lutte pour I'independance et pour la pleine dignite de son peuple. C'est sur la decision de la majorite ecrasante des Cubaines et des Cubains que nous assurerons la continuite de I'oeuvre engages voila presque soixante ans.

Forts de cette conviction, nous avons entrepris de reformer la Constitution dont le peuple, dans le cadre d'un exercice authentiquement participatif et democratique, est en train de discuter le projet qui sera soumis finalement a un referendum. Je suis convaincu que nos objectifs strategiques resteront inchanges et que le peuple ratifiera le socialisms comme son systems politique et social irrevocable. Les principes de notre politique exterieure resteront eux aussi inalterables. Comme I'a affirms Raul Castro Ruz, aujourd'hui premier secretaire de notre parti, lors de son intervention pour le soixante-dixieme anniversaire de TOrganisation des Nations Unies : « La communaute internationals pourra toujours compter sur la voix sincere de Cuba face a I'injustice, a I'inegalite, au sous-developpement, a la discrimination et a la manipulation, et en faveur de I'etablissement d'un ordre international plus juste et plus equitable au coeur duquel se situs vraiment I'etre humain, dans touts sa dignite et son bien-etre. »

Cuba au nom de laquelle je parle aujourd'hui poursuit, orgueilleuse, cette politique independante, souveraine, fraternelle et solidaire avec les pauvres de la Terrs, qui sont les producteurs de touts la richesse de la planets, mais qu'un ordre mondial injuste punit par la misers, au nom de vocables comme democratie, liberte, droits de I'homme que les puissants ont vides de tout contenu reel.II m'a ete emouvant et agreable de prendre la parole depuls cette meme tribune ou nos leaders ont exprlme tant de fois de si puissantes verites qu'elles nous secouent encore, devant les representants des plus de cent quatre-vingt-dix nations qui, refusant chantages et pressions, remplissent chaque annee le tableau de votes de cette salle de dignes symboles verts pour marquer leur adhesion a notre demande concernant la levee du blocus.

Je me retire dans I'espoir que les nobles aspirations de la majorite de I'Humanite finiront par s'accomplir avant de que nouvelles generations ne viennent occuper a leur tour cette tribune pour reclamer exactement la meme chose que nous reclamons, nous, aujourd'hui et que nos predecesseurs historiques ont reclamee, eux, hier.

Je vous remercie.

Source: Assemblee Generale des Nations Unies / RedGlobe

Real time web analytics, Heat map tracking