22 | 07 | 2019

Déclaration adoptée par le Conseil national des 30 et 31 mars 2018

Dans tout le pays se lève un vent de contestation contre la politique Macron.

Les patient·e·s, les personnels de l'hôpital public, des EHPAD refusent les logiques comptables et veulent des soins de qualité ; les enseignant·e·s et les parents d'élèves sont vent debout contre les fermetures de classes ; les étudiant·e·s manifestent pour une université de l’égalité et de la réussite, les usager·e·s et les cheminot·e·s tiennent à leur train et refusent la privatisation de la SNCF ; les locataires et leurs associations se mobilisent pour préserver le logement social, les usager·e·s et les personnels se lèvent pour des services publics de qualité et de proximité contre la braderie aux grands groupes du CAC 40 de l’eau, de l’énergie, des aéroports, de la Française des jeux… Les femmes revendiquent des moyens financiers et humains pour conquérir l’égalité sans tous les domaines. Les maires et les élu·e·s s'élèvent contre les politiques d'austérité qui frappent les collectivités locales. Les retraité·e·s se sont mobilisé·e·s le 15 mars pour faire valoir leur droit à une vie décente. La mobilisation du 22 mars, par son ampleur, sa diversité, nous a fait rentrer dans une nouvelle mobilisation sociale dans tout le pays.

Chers camarades,

Le gouvernement français a lancé une guerre éclair contre les cheminots.

Il a décidé de faire passer par ordonnance (sans débat, ni vote au parlement) un projet de PRIVATISATION de la SNCF (la compagnie nationale de chemin de fer) et de supprimer le statut cheminot, conquis par les luttes ouvrière du passé.

La grande multinationale française Leroy Merlin, avec ses propres magasins et installations dans le monde entier, utilise le « caporalato » pour le recrutement des employés dans l’entrepôt du pôle logistique de Castel San Giovanni dans la province de Piacenza (Italie).

Les 420 travailleurs ne sont pas directement employés par la multinationale, mais par le biais d’un système de «coopératives» opérant en tant que des intermédiaires réels du travail et qui s’enrichissent en soustrayant les salaires et les droits de «leurs» travailleurs.

Real time web analytics, Heat map tracking