23 | 05 | 2019

Monsieur le Premier Ministre 

Est-ce que vos propositions vont permettre aux Français de vivre mieux ? Est-ce que les ouvriers, les infirmières, les retraités, les demandeurs d’emploi, les étudiants, vont enfin pouvoir vivre dignement ?

Non Monsieur le Premier Ministre.

Vos annonces ne sont pas à la hauteur des attentes, car ce que vous demandent les Français, en métropole comme dans les territoires d’outre mer accablés par la vie chère, ce n’est pas l’aumône, ce ne sont pas des miettes, c’est tout simplement d’être respectés. C’est d’avoir un travail et de pouvoir en vivre dignement, c’est de pouvoir élever correctement leurs enfants, avoir accès aux loisirs, au sport, à la culture.

Le Canard Enchaîné du 5 décembre  révèle la nouvelle réforme des aides sociales au logement, prévue pour 2019. Elle impactera 1,2 million de Français, qui perdront chacun 1000€ en moyenne. C’est une nouvelle attaque d’une violence inouïe contre le pouvoir d’achat des classes moyennes et des familles modestes.

Après plusieurs semaines de mobilisations intenses partout en France, le Premier Ministre vient d'annoncer la suspension pour 6 mois de la hausse des taxes sur les carburants.

Ces annonces sont clairement insuffisantes face à un peuple qui souffre de ne pas pouvoir boucler ses fins de mois. Les revendications sont pourtant claires : il faut plus de mesures pour le pouvoir d'achat et cela ne peut passer que par une augmentation des salaires et des pensions.

Non seulement un moratoire ne changera pas la vie des français, mais pire elle serait aggravée puisque le Premier ministre menace qu’une telle mesure serait suivie d'une dégradation des services publics. Voilà la preuve que le gouvernement est complètement coupé des réalités du quotidien des français.

La Fédération Syndicale Mondiale (FSM) exprime sa solidarité avec les travailleurs et le peuple français qui luttent contre la politique de prix élevés et de surtaxation imposées par le gouvernement français et qui en même temps protestent contre les politiques anti-travail de l’Union européenne et du FMI. Le mouvement syndical de classe internationale ajoute sa voix à celle de la jeunesse ouvrière en France, avec les sans-abri, les chômeurs, les nouveaux pauvres, les immigrants pour un monde sans exploitation capitaliste.

Réhabiliter des travailleurs licenciés à cause de leurs convictions politiques

Le député Vincent Keller (POP Vaud) répond au postulat déposé par l’ancien député popiste Julien Sansonnens. Postulat qui demandait si des employés de l’administration cantonale ont-ils été licenciés en raison de leurs opinions politiques en contexte de guerre froide ?

Paris, le 30 novembre 2018,

Monsieur le Président de la République,

Depuis des semaines, la grande majorité des Français, qu’ils portent un gilet jaune ou non, expriment leur colère suite à l’annonce de la hausse des taxes sur l’essence et le diesel. Cette nouvelle augmentation fiscale est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Ceux qui travaillent dans le privé comme dans le public ne supportent plus de ne pas pouvoir boucler leur fin de mois alors qu’ils travaillent 35 heures par semaine. Que dire de ceux qui travaillent à temps partiel ? Comment vivre dignement avec 1150 euros par mois, montant actuel du SMIC, quand toutes les factures augmentent : électricité, gaz, loyer, mutuelle, assurances, péage, cantine pour les enfants... ? Le travail ne paie pas ou plus !

Voilà donc le « dialogue » à la sauce Macron-Philippe. Après avoir voulu ignorer les « gilets jaunes » et les « corps intermédiaires », ils consentent maintenant à les recevoir. Mais, comme toujours, c’est pour leur dire : « Vous causez, nous n’en tiendrons aucun compte. »

Il n’y aura donc, vient de nous dire le Premier ministre, ni « coup de pouce » au Smic, ni suspension de la hausse de la taxe carbone.

Le président des ultrariches, muré dans son arrogance, croit toujours qu’il va pouvoir passer en force en laissant pourrir le mouvement de colère qu’a provoqué son action. Il doit recevoir un démenti cinglant.

Une heure de discours, pour ne pas répondre aux attentes des Français.

Voilà à quoi s'est livré Emmanuel Macron aujourd'hui dans un exercice poussif de communication dont il ne sort au final pas grand chose. L'enjeu écologique est posé sans vraie ambition et l'urgence sociale elle, est totalement passée sous silence. Le Président appelle en effet à se "désintoxiquer" des énergies carbonées mails il oublie le besoin indispensable de se "désintoxiquer" du pouvoir de l'argent.

Élu secrétaire national du PCF, Fabien Roussel prononce son premier discours en conclusion du 38eme congrès.

Cher-es ami-es, Cher-es camarades,

Depuis des semaines, des mois même, notre parti est en mouvement. Les communistes discutent, débattent, amendent...  Le Parti Communiste vit comme jamais  ! Et le message que vous avez porté tous ensemble est très clair : être unis et toujours plus combatifs ! 
Oui, être unis, parce que c'est notre plus grande force, depuis bientôt un siècle que notre parti existe. Nous avons toujours su, nous les communistes, nous rassembler autour de notre idéal commun, celui d'une société d'abord tournée vers l'Humain et non livrée aux marchés financiers.

Real time web analytics, Heat map tracking